AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administratrice ; Pyroli.
La boule de poils sadique.

avatar


Âge : 19
Messages : 758
Date d'inscription : 10/03/2013


••• INFOS •••
Personnages: Harmonie des Enfers ♀ Guérisseuse de l'Ombre • Serres d'Aigle ♂ Solitaire
Relations:

MessageSujet: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Mar 16 Avr - 17:12

Un beau matin de printemps. La saison venait à peine d'arriver et déjà les fleurs poussaient. Dorénavant on ne pouvait tomber sur une tige bourgeonnante, frémissant encore de cet hiver si rude. Les branches couvertes de boutons vacillaient au gré du vent tandis que les animaux revenaient peu à peu, sentant les beaux jours revenir avec les rayons de soleil. La rivière gelée annonçait dans des craquements sourds son dégel depuis un moment. Désormais on rapportait que l'eau s'écoulait comme auparavant sans obstacle réel. Le poisson aussi était revenu du côté du Clan de la Rivière. La lande arborait enfin ce manteau vert, la neige ayant cédé de force sa place après les nombreux assauts de l'astre doré. Les oiseaux chantaient depuis quelques jours et chaque matin un concert réveillaient les habitants des bois, malgré leur désir de sommeiler encore à l'ombre de leur tanière. Tous cependant aspiraient à gambader sur les terres reprises par la chaleur. L'hiver avait laissé sa place à un printemps, et même les plus réticents affirmaient, non sans peine, que le beau temps leur faisait du bien.
La dame blanche ayant regagné son repos, la nature aux couleurs chatoyantes montait sur le trône laissé vide, assurant l'intendance de ce royaume en attendant le roi : l'été.
Mais déjà l'on sentait que son règne serait des plus parfaits, chaud et ensoleillé, contrastant avec la reine froide et glaciale qui venait de rejoindre ses appartements, tranquillement, préparant déjà son retour l'année suivante.
Une belle journée qui s'annonçait, en somme.

Dans le camp de l'Ombre, tout le petit monde se réveillait doucement, sétirant longuement afin de chasser la brume, afin de repousser les bras attirants de Morphée. Beaucoup pour se maintenir en éveil partirent aussitôt à la chasse, prétextant qu'on n'avait jamais autant de chance qu'au levé du soleil. D'autres préféraient somnoler encore un peu, jugeant qu'il valait mieux garder ses forces pour plus tard, s'économiser pour, une fois le crépuscule venu, la fraîcheur tombée, trouver bien plus de proies. Tous avaient une opinion, chacun défendant la sienne. Cependant, il n'y avait aucune animosité pour une fois. A croire que le printemps et l'arrivée des beaux jours avaient un effet positif sur les esprits des Ombreux. Ou néfaste selon le point de vue. En tout cas, tous étaient amicaux envers les autres. Sans doute que pour une fois les dialogues de la journée tourneraient mieux qu'en d'autre temps.

Seule une ne semblait pas gagnée par l'euphorie générale. Assise sur le seuil de sa grotte, la guérisseuse avait l'air d'attendre. Quoi, seule elle en avait la connaissance. Le reste du Clan l'ignorait presque, lui disant juste "Bonjour", avant de partir, la queue entre les pattes sous son regard noir, assassin. La minette repartait alors dans la contemplation du camp. Quelques oiseaux suicidaires le traversaient de temps à autre, mais ce n'était pas le changement le plus marquant. La lumière. En ce moment elle était bien plus intense. Comme si le soleil était parvenu à pénétrer les couches de sapins épineux, se faufilant à travers les branches pour finalement innondé de rayons la partie de la forêt qui en une autre période aurait été... noire. Sombre à souhait. Et personne ne s'en accomodait, songeant sans doute que cela permettait de changer de paysage.
Mais ce nouveau décor illuminé déplaisait fortement à Harmonie des Enfers. Pour elle, le soleil était parfois doux, parfois ennuyant à mourir. Toujours le même, peu imorte l'angle sous lequel on pouvait le voir. Aveuglant, quoi qu'il arrive. Et voilà qu'il venait troubler son "havre de paix". Poussant un long soupir, elle fit demi-tour afin de plonger dans l'obscurité de sa tanière. Dans le trou où elle avait installé sa litière, le noir était total et elle était sûrement la seule à pouvoir y voir quelque chose. La blanche et noire y avait entreposé quelques piles de baies d'if, au cas où. Et ça personne ne le saurait jamais, car nul autre qu'elle ne se retirait dans cet endroit. Quiconque serait pris en train de le faire se verrait sévèrement puni de toute manière, et il ne vaut mieux pas tenter le diable n'est-ce pas ?

Alors qu'elle croyait être tranquille, elle entendit un bruit étrange et dû sortir de nouveau. Poussant un second soupir, elle leva les yeux au ciel en avisant les deux chatons qui fuyaient vers la pouponnière. Voilà pourquoi elle n'était pas folle du printemps : la saison des feuilles vertes rendaient les petits bien plus joueurs et farceurs, si bien qu'ils passaient leur temps dehors à chahuter et casser les tympans des adultes, au grand dame des mères.
Elle remarqua que les deux chenapans avaiet fait tomber sa réserve d'herbes dans une autre alcôve. Légèrement contrariée par ceux que jusque là elle avait tenté de protéger de sa haine, elle alla jusqu'aux tas de plantes étalés par terre. A contrecoeur, elle pesta contre les chatons et pria pour que personne ne vienne la déranger.

Elle se baissa alors, ramassant et organisant encore une fois les baies de genièvre, les feuilles de souci, les graines de pavot etc... Seule les toiles d'araignées s'envolèrent au contact du vent. Les frippons avaient manifestement fait tout tomber près de l'entrée, exposant ainsi les précieux remèdes aux quatre vents.
Quelques minutes plus tard, son travail achevé, elle retourna dans sa litière afin de se poser, à l'écart de la populace environnante. Seulement, le Clan dont elle était la représentante dans le Clan de l'Ombre n'avait pas désiré la laisser en paix ce jour là, car alors qu'elle avait fermé les yeux, une odeur de sous-bois vint chatouiller les narines. Cette senteur était mêlée à une autre qu'elle reconnaissait pour l'avoir côtoyée.
Sans ouvrir les yeux elle parla, poussant un miaulement mécontent.

- Que fait un membre du Tonnerre ici ? Je suis étonnée que tu sois arrivée en vie...

Ouvrant ses yeux saphir qui étaient les seuls détails visibles dans l'ombre, lumière dans la nuit noire, elle ajouta :

- Rêve de Liberté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 19
Messages : 296
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Rêve de Liberté
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Dim 26 Mai - 18:43

Elle était seule. Paniquée, le ventre noué et le pelage ébouriffé par l'angoisse elle se retenait de ne pas courir. Pour la énième fois elle demanda ce qu'elle venait faire là. Mais elle devait se reprendre, pour son malade. Pourtant en elle c'était le chaos, l’apocalypse. Se retrouver seule provoquait en elle une peur panique mais là en plus elle était en plein territoire ennemi. Comme ces terres sombres semblaient inhospitalières par rapport à celles qu'elle venait de quitter. Comment faisaient les félins du clan de l'Ombre pour vivre ici toute l'année ? Elle se rappela avec nostalgie les haut arbres de sa terre natale, l'épais abris des arbres et les buissons où l'on pouvait se cacher. Elle regarda sa patte, maculée de boue. Le sol spongieux rendait sa progression difficile. Elle maugréait tout en continuant à avancer péniblement. Elle luttait pour ne pas faire demi-tour et rentrer chez elle en courant. Elle ne voulait pas que l'odeur de sa peur attire des guerriers ennemis. Bien qu'elle soit guérisseuse elle n'était pas la bienvenue chez les ennemis de toujours de son clan. Mais ils étaient les plus proches. Un allez retour jusqu'au clan du Vent lui aurait pris la journée et elle ne pouvait attendre. La reine en avait besoin.

Elle s'était rendue une seule fois, en été, au camp de l'Ombre et le paysage avait tellement changé qu'elle ne reconnaissait plus rien. Alors elle avançait à l'instinct, se guidant grâce aux odeurs des patrouilles. Peu à peu le fumet se fit plus fort et elle compris qu'elle touchait au but. Elle commença à se détendre. Elle ne profitait pas du printemps de retour, trop accaparée par sa peur et son empressement de soigner son patient. Elle s'arrêta un peu et pris le temps de faire une toilette complète afin de discipliner le pelage sur son échine et dissimuler l'odeur de sa peur. Puis elle se remit en route, pestant contre la gadoue qui la maculait jusqu'aux genoux. Enfin elle aperçut le chat de garde. Son visage se transforma, quittant la peur pour prendre une expression sereine, sans que son état physique ne change vraiment. Elle s'arrêta devant lui et lui lança un regard plein de calme avant d'énoncer son souhait, s'entretenir avec Harmonie des Enfers, la guérisseuse du clan. Il ne fit pas trop de résistance et la guida entre les ronces qui faisaient barrage à l'entée.

Elle découvrit un clan en pleine effervescence. Elle sourit en voyant des chatons jouer dehors, en piaillant comme des oiseaux. Puis elle suivit l'itinéraire indiqué par le guerrier et se retrouva dans une clairière à l'écart, au calme de la principale. D'abord qu'elle cru qu'elle était seule mais une voix provenait d'une zone d'ombre la fit se retourner.

« - Que fait un membre du Tonnerre ici ? Je suis étonnée que tu sois arrivée en vie... »
Deux yeux azur apparurent et la dévisagèrent intensément.

« - Rêve de Liberté... »

Respectueuse la guérisseuse du tonnerre inclina la tête en signe de salutation. Elle préféra ignorer la remarque de sa collègue et bien que celle-ci l'irrite fortement, elle n'en montra rien gardant une expression faciale complètement neutre. Elle se contenta de répondre d'une voix froide et distante :

« - Les guerriers de ton clan n'auraient aucune raison de m'attaquer. De toute façon j'ai tout à fait le droit de venir ici. J'ai simplement besoin d'un service de ta part. Elle marqua une pause. Une de nos reines souffre du mal vert et je n'ai plus d'herbe à chat. Je ne comprends pas comment elle a pu tomber malade si tard et les jeunes pousses ont encore besoin de grandir sinon il n'y en aura plus plus pour l'année prochaine. C'est pourquoi j'ai besoin de ton aide. »

| Désolée du retard. Prends ton temps pour répondre :3 |

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


OMG MERCI MA PSI, JE T'AIME. ♥️

Spoiler:
 


Dernière édition par Rêve de Liberté le Sam 1 Juin - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice ; Pyroli.
La boule de poils sadique.

avatar


Âge : 19
Messages : 758
Date d'inscription : 10/03/2013


••• INFOS •••
Personnages: Harmonie des Enfers ♀ Guérisseuse de l'Ombre • Serres d'Aigle ♂ Solitaire
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Sam 1 Juin - 9:45

Harmonie ferma les yeux. De toute façon elle n'avait envie de voir personne. Et puis ça l'amusait de faire comme ce chat étrange vu dans un film de la même catégorie avec un chat obèse qui souriait comme si sa bouche était une fermeture éclair. Enfin bon...
Il y avait donc, juste en face d'elle, une guérisseuse dont l'odeur agressait les narines de la pauvre reine noire et blanche. Le Clan du Tonnerre l'agaçait au plus haut point. Des imbéciles se croyant obligés d'interférer dans tous les conflits de la forêt, à un tel point qu'ils se baladaient librement sur les terres d'autrui au nom de... la paix. Ce mot donnait envie de vomir à la chatte. La paix n'avait jamais rien apporté, et la paix n'est que le calme avant la tempête. Alors mieux vaut être en guerre, au moins ses compagnons crèveraient plus vite et elle serait enfin tranquille. Mais, d'ici là il fallait bien qu'elle les soigne, et elle le faisait habillement. Depuis quelques temps d'ailleurs elle cessait d'ourdir des complots plus infâmes les uns que les autres contre ses compagnons de Clan. Son chef et sa lieutenante pouvaient dormir sur leurs deux oreilles. Sauf peut-être Etoile de la Salamandre en fait. Vieille plaie toujours ouverte.

Bref... Rêve de Liberté. Un nom qui lui aussi donnait envie de vomir. Oui elle devait rêver pour venir ici. Toujours est-il qu'elle était là, aussi pour paraître suffisemment polie, Harmonie ouvrit les yeux et se leva tandis que sa "collègue" s'inclinait avec respect. La femelle de l'Ombre leva les yeux au ciel avec dédain. Inutile d'attendre la même chose de sa part et un simple signe de la queue était destiné à la saluer.
Ses traits étaient neutres, ne présentant ni peur ni agressivité. Comedienne parfaite vraiment. Cela dit, pour qu'elle vienne voir la pire guérisseuse de Cerf-Blanc - en caractère naturellement - il fallait bien que quelque chose de grave soit arrivé au camp du Tonnerre, ce qui à vrai dire n'était pas pour lui déplaire. Elle détestait ces chats, alors tant mieux.

« - Les guerriers de ton clan n'auraient aucune raison de m'attaquer. De toute façon j'ai tout à fait le droit de venir ici. J'ai simplement besoin d'un service de ta part. Une de nos reines souffre du mal vert et je n'ai plus d'herbe à chat. Je ne comprends pas comment elle a pu tomber malade si tard et les jeunes pousses ont encore besoin de grandir sinon il n'y en aura plus plus pour l'année prochaine. C'est pourquoi j'ai besoin de ton aide. »

La belle minette noire et blanche renifla avec mépris. N'est-ce pas qu'ils se permettaient tout... enfin elle avait raison certes, mais inutile de faire remarquer que tout comme elle, Rêve de Liberté avait le droit d'aller et venir sur les différentes terres. Un atout pour les guérisseurs, compensé par les nombreuses lois stupides qui régissaient leur vie de tous les jours, tous les instants.
Ainsi une reine était gravement malade ? Et la pauvre guérisseuse rousse n'avait pas de quoi la soigner ? Comme c'est comique ! Ironique. Au moins cela prouve qu'il y a bel et bien une justice dans ce monde. Pour une fois, Harmonie eut envie de remercier le Clan des Etoiles de laisser ainsi son chouchou dans une mauvaise posture. Et quelle occasion de se gonfler d'orgueil. Le chantage pouvait marcher à merveille. Et si elle ne lui donnait pas ce qu'elle demandait, cette reine mourrait, ses chatons aussi s'ils étaient encore dans son ventre. Et peut-être même que la maladie gagnerait tout le Clan ! De quoi attaquer sans craindre une forte résistance.
Mais tout cela ne tenait pas d'elle, mais du chef. Alors à quoi bon comploter comme cela et refuser d'aider quelqu'un qui venait de s'abaisser à un niveau de chat miteux ? Car en effet, l'était de la rouquine pouvait faire rire : de la boue jusqu'en haut des pattes, le nez tremblant sous la puanteur.

- Oh... Alors comme ça tu as besoin d'aide. Venant du Clan du Tonnerre cela m'étonne. Mais dis-moi... pourquoi te donnerais-je cette précieuse herbe à chat ? Imagine que demain le mal vert envahit mon Clan ? Qu'est-ce que je ferais si toute mon herbe à chat se trouvait chez toi ? Et utilisée en plus...

La maléfique guérisseuse se mit à rire et à tourner en rond dans la petite clairière de son antre, décrivant des cercles autour de Rêve de Liberté. Elle était en position de faiblesse et n'avait rien d'autre à faire que de céder si l'autre la faisait chanter.
Harmonie des Enfers ricana davantage, s'engouffrant dans la partie où elle entreposait ses remèdes. Tout au fond se trouvait un bon stock d'herbe à chat. En revenant, elle tenait dans sa gueule un important balot du précieux "médicament".
Elle le déposa devant la femelle rousse et blanche et vrilla ses prunelles de saphir dans celles d'émeraude de la guérisseuse. Une lueur de gentillesse brillait dans les yeux de cette cruelle déesse.

- Ce n'est pas pour toi que je fais ça... je ne veux juste pas qu'une reine meure tu as compris ?

Puis elle fit demi-tour, allant s'asseoir juste devant sa tanière. Elle leva les yeux au ciel, observant le bleu azur et les nuages blancs qui arrivaient, charriés par le vent du printemps. Les étoiles n'étaient bien sûr pas visibles, mais la belle était persuadée que sa mère la voyait de là où elle était. Sans doute le souvenir de cette mère était venu la hanter lorsqu'elle avait entendu qu'une reine pouvait très bien mourir. Son impuissance du passé, elle la rattrapait maintenant.
Toujours observant le firmament, elle demanda.

- Est-elle pleine ? Ou ses chatons sont-ils déjà nés ? Ne la laisse pas mourir Rêve de Liberté. Est-ce bien clair ?

Au fond, elle sentait les larmes monter. Méloppée des Cieux lui manquait, bien qu'elle ne lui ait jamais dit qu'elle l'aimait. Alors si aujourd'hui qu'elle pouvait permettre à des petits de grandir auprès de leur mère, elle le faisait avec joie. Une joie cachée certes, mais heureuse tout de même. Même si extérieurement, elle arborait toujours le même visage fermé et le même ton froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 19
Messages : 296
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Rêve de Liberté
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Sam 6 Juil - 20:44

La guérisseuse bicolore eut un reniflement de mépris et le malaise de Rêve de Liberté augmenta. Elle garda cependant une expression faciale neutre, dénuée de la moindre émotions. Ses expressions elle avait appris à les maîtriser. Cependant, elle était coincée. Devant elle, se trouvait une impasse. Sa camarade de Clan souffrait le martyr et elle ne pouvait pas prendre le risque d'aller rejoindre leur allié du Clan du Vent, ils étaient trop loin. La malade ne tiendrait pas une journée. Comme elle ne pouvait traverser la rivière elle était forcée d'aller poser sa requête à Harmonie des Enfers. Même si cela la répugnait elle était forcée de mettre ses sentiments de côté pour le bien de sa patiente. la voir souffrir sans pouvoir rien faire lui était atroce alors, bien décidé à ne pas la voir mourir, elle était partie ce matin pour affronter la cruelle guérisseuse. Mais si Harmonie des Enfers refusait, elle ne pouvait rien faire. Sadique comme elle était elle allait sans doute s'amuser un peu, la faire ramper avant de lui donner ce qu'elle voulait. Si elle lui donnait.

« - Oh... Alors comme ça tu as besoin d'aide. Venant du Clan du Tonnerre cela m'étonne. Mais dis-moi... pourquoi te donnerais-je cette précieuse herbe à chat ? Imagine que demain le mal vert envahit mon Clan ? Qu'est-ce que je ferais si toute mon herbe à chat se trouvait chez toi ? Et utilisée en plus... »

Le ventre de la chatte rousse se noua. Voilà ça commençait. Elle poussa un soupir très faible pour se détendre. Elle contrôle chaque muscle pour être sûr que tout paraisse normal vu de l'extérieur. Sa queue restait immobile, sa respiration était régulière, ses pattes n'étaient pas trop tendues et ses yeux inexpressifs. Tout semblait parfait. Cependant elle ne pouvait s'empêcher de froncer le nez sous l'odeur âcre du clan de l'Ombre et la sensation désagréables de ses pattes recouvertes de boue. La chatte ennemi, se mit alors à tourner autour de moi, comme un prédateur autour de sa proie. De plus en plus tendue, Rêve de Liberté refusa de la suivre du regard. Mais elle sentait son ventre se resserrer un peu plus a chaque tour. Elle eut ensuite droit à un nouveau ricanement, puis elle disparu dans l'antre qui abritait sa réserve de remède. La chatte du clan du Tonnerre en profita pour se détendre quelques secondes, relâchant ses muscles, avant de reprendre la même attitude qu'avant, quand l'autre revint, un ballot d'herbe à chat dans la gueule. Avait-elle décidé de la lui donné sans rechigner ? C'était trop beau pour être vrai. Elle plongea ses prunelles couleur lagon dans celles couleur de plaine de la chatte rousse. Celle-ci constata avec étonnement d'une lueur de gentillesse y brillait. Elle sursauta, trop étonné pour réprimer ce mouvement. Mais déjà la lueur avait disparut.

« - Ce n'est pas pour toi que je fais ça... je ne veux juste pas qu'une reine meure tu as compris ? »

Puis elle s'éloigna, ce qui ne déplut pas à la chatte rousse. Elle la regarda s'assoir devant son antre et lever les yeux vers le ciel un long moment de silence. Vu comme ça elle semblait presque normale, et pas dérangée par une sorte de folie meurtrière. Suivant son regard, Rêve de Liberté fixa elle aussi les nuages cotonneux. Le ciel était d'un bleu profond et pur, perturbé par le seul blanc des nuages. Le silence calme qui venait de s'installer fut soudain brisé par Harmonie des Enfers qui demanda, les yeux toujours fuyant dans le firmament :

« - Est-elle pleine ? Ou ses chatons sont-ils déjà nés ? Ne la laisse pas mourir Rêve de Liberté. Est-ce bien clair ? »

Tant de sollicitude étonne la guérisseuse. Elle se retint de lui demander si tout allait bien. Après tout cela ne lui ressemblait pas. N'étant pas la plus jeune des guérisseuse, elle connaissait Harmonie des Enfers depuis assez longtemps qu'elle semblait toujours habité par aucune émotion. Ou plutôt que les seules émotions ressenties étaient la haine, la fureur ou la colère. C'était comme une chanson dont on avait chassé les couplets, laissant seulement le refrain monotone d'émotions noires. Quittant le ciel des yeux, la chatte rousse laissa glisser son regard glisser sur le sol, puis vers le reste du Camp, loin là bas derrière les fougères et enfin sur la femelle bicolore. Elle hésita à parler, choisissant ses mots avec soin. Puis enfin, se lança :

« - Elle devrait donner naissance à ses petits dans une ou deux lunes. Elle est presque à terme et j'ai très peur que sa maladie en la tue, elle ou ses chatons. C'est la première fois que j'ai à gérer ce genre de maladie si tard, et la saison des Neiges m'a volé toute mes réserves d'herbes à chat. Alors je te remercie pour ton aide. Je ne la laisserai pas mourir ne t'inquiète pas. »

Elle posa son regard sur les herbes médicinales qui se tenaient devant elle, se demandant si elle devait partir ou pas. Finalement, elle décida d'attendre une réponse, au cas où la chatte qui se tenait devant elle avait encore une question à lui posée, ou alors une dernière condition.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


OMG MERCI MA PSI, JE T'AIME. ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice ; Pyroli.
La boule de poils sadique.

avatar


Âge : 19
Messages : 758
Date d'inscription : 10/03/2013


••• INFOS •••
Personnages: Harmonie des Enfers ♀ Guérisseuse de l'Ombre • Serres d'Aigle ♂ Solitaire
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Lun 29 Juil - 16:06

Spoiler:
 


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

On est jamais mieux servi que par soi même.


Un tintement. Une douce mélodie. Le calme absolu. Pas un bruit néfaste, pas cet insistance venue d'un monde ombragé. Rien que de la lumière, la douceur des nuages est retranscrite dans les coeurs, dans les voix mélodieuses. Des harpes qui jouent toutes seules, des flûtes aux sons harmonieux. Pas de vagues, la monotonie d'un refrain relaxant. Ni douleur ni souffrance, rien que du bonheur et la sensation d'être en paix, de ne plus rien ressentir. On est calme et serein, sans trouble et sans crainte. La peur nous a quitté en même temps que les émotions dangereuses telles la haine et la rancoeur.
Dans ce monde, il est des chats qui chassent, d'autres qui jouent et qui se toilettent dans la bonne humeur.
Dans ce rêve idyllique, il n'en est qu'une qui est penchée au-dessus d'un lac. Regardant en contrebas avec l'impression qu'un drame se joue en le coeur d'une autre. Coupé en deux, il suffoque. Les yeux de la reine se plissent de peine et de tendresse. Celle qu'elle regarde, c'est sa fille. Sa chère guérisseuse. Elle aussi la fixe, mais dans son songe.
En effet, Harmonie des Enfers rêve à cet instant. En temps que guérisseuse elle communique avec le Clan des Etoiles, sans pour autant se départir de sa vision aux tons clairs de cet autre univers. La chanson y continue encore et toujours, sans relâche, lui faisant oublier qu'elle est ce qu'elle est : une bête monstrueuse, au coeur noir et tâché de sang. Jamais elle ne changera. Ce paradis là, n'est pas pour elle. Et c'est avec regret qu'elle ouvre les yeux, entendant cependant, croyant entendre, une douce Mélopée venue des Cieux :

- Ma fille... ma très chère fille... suis donc ton coeur mourant.


Pour elle, c'est une énigme. Le fait qu'elle ait accepté de donner des plantes à cette guérisseuse de pacotille. Mais au fond, elle sait qu'elle a bien fait. C'était son devoir. Pourtant, ce qu'elle aurait aimé ne pas lever le petit doigt ! Laisser cette peste dans la douleur de voir une patiente périr sans pouvoir rien faire. Encore quelqu'un qui l'aurait haïe. De toute façon elle s'y était faite depuis longtemps. Au début contre son gré, comme une fatalité, puis lentement c'est devenu une habitude. Tout le monde la voyait comme le mauvais oeil au-dessus de son projet. Et alors on la rejetait de peur qu'elle n'attira des malheurs à la famille. Toujours la même chose. Et sa réputation avait pris forme, l'enfermant dans une cage de verre qui au fur et à mesure avait grandi jusqu'à ce qu'elle s'y accommode et s'y plaise tant qu'elle ne voulut plus en être délogée.
C'est ainsi que la petite Harmonie devint l'Harmonie des Enfers, la déesse du Mal, la princesse des démons, la reine des Enfers, la fille du Diable lui-même. Et la liste des détails diaboliques pouvaient s'allonger jusqu'à couvrir la distance entre le camp de l'Ombre et celui du Tonnerre. Ce n'était néanmoins pas pour lui déplaire à vrai dire...

« - Elle devrait donner naissance à ses petits dans une ou deux lunes. Elle est presque à terme et j'ai très peur que sa maladie en la tue, elle ou ses chatons. C'est la première fois que j'ai à gérer ce genre de maladie si tard, et la saison des Neiges m'a volé toute mes réserves d'herbes à chat. Alors je te remercie pour ton aide. Je ne la laisserai pas mourir ne t'inquiète pas. »

A nouveau la douleur s'empara du coeur de la chatte bicolore. Décidément, le Clan des Etoiles aimaient faire resurgir le passé d'entre les murs. Sa mère aussi aurai dû mettre bas deux lunes après. Mais un fou détraqué en avait décidé autrement. Qui sait ce qu'il se serait passé si les choses avaient été autres.
Il n'y avait pas de hasard dans la vie, Harmonie en était persuadée.

Rêve de Liberté jeta un regard à l'herbe à chat donnée par la pire des guérisseuses de la forêt. Se demandait-elle si il n'y avait pas un piège ? Après tout, qu'elle lui ait donné sans condition était exceptionnel. C'était légitime de penser qu'elle y avait introduit... des baies d'if bien mélangées par exemple. Enfin, il y avait une limite et cette fois, les intentions de la reine étaient pures, sans arrière pensée.
Cependant, sa gentillesse avait des limites et, d'un signe de la queue elle marqua que les moments de douceur étaient finis.

- Si t'as plus rien à faire tu peux dégager d'ici. A moins que tu ne cherches à empester pour faire croire à ton Clan de rats pourris qu'on t'as fait du mal.

De ses yeux, elle lança des éclairs à la guérisseuse du Tonnerre. Il y avait une fin à tout, et sa compassion, son coeur tendre comme une guimauve, ses yeux doux, c'était terminé. Mieux valait ne pas espérer en tirer plus de choses, c'était trop tard.
De toute façon, les paroles de sa mère n'étaient qu'un rêve, du moins c'est ce dont elle tentait de se persuader, même si au très fond d'elle-même elle devinait qu'il n'y avait pas que du songe dans tout cela.

- Autre chose avant de partir : si tu pouvais me ramener des graines de pavot... cela m'arrangerait... ah et ! un peu de ce que tu veux. Ca vaut bien ça non ? Une vie contre quelques remèdes, ça ne devrait pas être un trop lourd sacrifice.

D'un geste vif, elle reprit l'herbe à chat, signifiant bien que sans l'assurance qu'elle aurait ce qu'elle demandait, cette reine mourrait. Elle savait bien que Rêve de Liberté ne laisserait pas une telle chose se passer, et se délester d'une part de sa réserve étant le prix à payer, elle le payerait quoi qu'il arrive. Une vie était trop importante à ses yeux.
Un rire froid sortit de la gorge de la guérisseuse noire et blanche. Mélopée des Cieux lui avait demandé d'écouter son coeur mourant, eh bien elle l'écoutait, et il était bien vivant ! Car elle savait ce qu'avait voulu dire sa mère : il y avait encore une part de son coeur qui désirait faire le bien. Mais elle ne voulait pas l'écouter. Et puis quoi encore ! Elle était Harmonie des Enfers, la cruelle. Elle avait une réputation à tenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 19
Messages : 296
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Rêve de Liberté
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Dim 18 Aoû - 20:15

Son visage se crispe à nouveau. Les sentiments qui étaient apparus l'espace d'une seule seconde et que je n'avais pas réussi à analyser disparaissent. Ce n'est de nouveau plus que froideur et dureté. Le visage habituel d'Harmonie des Enfers en fait. Un peu déboussolée par ce changement brutal je n'en montre rien et garde un visage parfaitement impassible et neutre de toute émotion. Je refuse de lui accorder le plaisir de voir le dégout qu'elle m'inspire. Enfin en ce moment même je ne sais plus trop. Elle vient tout de même, en acceptant de m'offrir ces plantes, de sauver la vie de l'une des mienne et ce malgré sa haine apparente envers les guerriers du Tonnerre. Je lui en suis infiniment reconnaissante même si je ne le montre pas. Elle prendrait ça pour une marque de faiblesse à exploiter. Je ne peux pas lui faire confiance je le sais, je le sens. D'un geste impatient de la queue elle montre la sortie.

« - Si t'as plus rien à faire tu peux dégager d'ici. A moins que tu ne cherches à empester pour faire croire à ton Clan de rats pourris qu'on t'as fait du mal. »


Je me lève, prête à partir. Un frisson de colère me parcourt l'échine. Bon sang ce qu'elle peut être insupportable, je ne lui ai pourtant rien fait. Ce n'est quand même pas la fin du monde un peu d'herbe à chat non ? Après tout les rivalités claniques ne sont pas censées nous concerner. Nous les guérisseurs notre but est de soigner les malades quelque soit leur clan. Mais je doute qu'elle soignerait un chat d'un clan adverse elle. Elle préfèrerait le laisser crever devant elle par simple désir. Je me retiens de froncer le nez de dégout. Non ça ne servirait à rien.

« - Autre chose avant de partir : si tu pouvais me ramener des graines de pavot... cela m'arrangerait... ah et ! un peu de ce que tu veux. Ca vaut bien ça non ? Une vie contre quelques remèdes, ça ne devrait pas être un trop lourd sacrifice. »

Je pousse un soupir. Le trajet pour venir est déjà long. J'ai du partir à l'aube pour arriver en assez tôt. Le temps de refaire l'aller retour ça me midi serra passé. Et je ne suis même pas sûre que ma malade tienne tout ce temps. Lorsqu'elle reprend l'herbe à chat d'un geste vif mes muscles se tendent et ma queue bat l'air un cou, un seul. C'est déjà rare que je montre autant ma fureur. En ce moment même je sens le sang qui bat à mes tempes. Mais pour qui elle se prend celle là ? Elle abuse de ma faiblesse et elle le sait. Mais je suis coincée. Qu'est ce qu'elle espère, que je la supplie à genoux les larmes roulant sur les joues ? Elle peut toujours courir. Je fais un pas vers elle la défiant ouvertement. Si elle voulait me chercher elle allait me trouver. D'un ton froid avec un très légère pointe d'agacement je réplique :

« - Je te les apporterai, mais j'aimerais que tu me donnes l'herbe à chat tout de suite. J'en ai besoin sinon cette reine va mourir. »



| C'est pas super désolée. |

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


OMG MERCI MA PSI, JE T'AIME. ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice ; Pyroli.
La boule de poils sadique.

avatar


Âge : 19
Messages : 758
Date d'inscription : 10/03/2013


••• INFOS •••
Personnages: Harmonie des Enfers ♀ Guérisseuse de l'Ombre • Serres d'Aigle ♂ Solitaire
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Ven 23 Aoû - 12:28


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

On est jamais mieux servi que par soi même.

Oh oui, elle a été mauvaise. Méchante, sadique cruelle et tout ce que vous voulez, mais qu'importe. Après tout, ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Le mal était elle, elle était le mal. Alors, à quoi bon essayer de faire le bien quand on est vouée à finir dans les ténèbres. Le Clan des Etoiles ne pourra sauver son âme, bien qu'il ait déjà essayé à maintes et maintes reprises. En vain naturellement. Qu'espéraient-ils, ces ancêtres pitoyables qui tout leur vie avaient suivi des règles sottes faites pour détruire l'imagination et la liberté. Au fond d'elle, Harmonie n'était pas méchante. C'était simplement son esprit sauvage, libre qui la rendait mauvaise aux yeux des autres. Et, quand les gens vous prennent pour un monstre, il n'y a qu'une chose à faire : dépasser leurs attentes.
C'est ainsi que la Petite Harmonie, décidée à faire ce qu'elle voulait, devint un démon des plus obscurs. Personne ne l'aimait vraiment, à part ses parents, son frère et sa soeur, son compagnon et ses futurs petits. Tout du moins elle serait une bonne mère afin qu'ils se disent que malgré son âme noire, elle les avait aimé jusqu'à la fin. Car un jour, sa vieille amie la mort viendrait la chercher sur ses ailes déchirée et ténébreuses pour l'emmener loin de ce monde ridicule qui n'apporte rien. Il n'y a rien que des chaînes. Enchaînés à la nourriture, enchaînés aux lois et aux devoirs. Que des obligations et pas de droits. Pas le droit d'avoir des petits, pas de compagnon, pas le droit de tuer, toujours obligée de soigner, même d'aider les guérisseurs ennemis si nécessaire. L'égoïsme en cette occasion aurait été bien utile. Jamais elle n'avait été quémander pour piquer des réserves aux autres ramasseurs d'herbe de la forêt.

L'autre poussa un soupir et sa queue battit l'air une fois. En colère ? D'habitude, cela aurait fait sourir la femelle bicolore, mais aujourd'hui, c'était différent. Elle aussi était presque énervée. Elle rendait service, sans elle, cette reine créverait en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Et alors qu'elle demandait une compensation tout à fait raisonnable, ses mots agaçaient. Bon, peut-être aurait-elle dû prendre un autre ton, mais c'est comme si on voulait rendre beau un blaireau. C'est impossible. Vous aurez beau déployer des trésors d'imagination, vous n'arriverez jamais à rendre gentille une démone. Et encore moi la déesses des enfers qu'était Harmonie.

« - Je te les apporterai, mais j'aimerais que tu me donnes l'herbe à chat tout de suite. J'en ai besoin sinon cette reine va mourir. »

La guérisseuse noire et blanche la fixa, sans aucune émotion. Pas un sourire sadique, pas un rire mauvais, pas un regard noir. Rien. Vide complet. Néant absolu. Silence total.
Elle plaça le paquet d'herbe à chat devant et le poussa du bout de la queue, fixant toujours la rouquine aux yeux verts. Sans doute peut-on dire à présent que l'émeraude ne va pas avec le saphir. Qui aurait été assez naïf pour le croire de toute manière.

- Vas. Personne ne t'en empêche. Je ne te demande pas de revenir tout de suite, soigne ta minette avant. Sinon on va encore me prendre pour plus méchante que je ne le suis. Elle tourna les talons et s'arrêta, murmurant suffisemment fort pour que Rêve de Liberté l'entende Ce n'est pas de ma faute si vous êtes aveugles, incapables de voir plus loin que le masque.

Lentement elle s'éloigna, jetant un regard en arrière afin de voir si la guérisseuse du Tonnerre s'en allait ou non. L'herbe à chat était toujours devant la rouquine, elle ne mettrait sans doute pas longtemps à s'en aller à présent.
Encore quelqu'un qui ne voyait pas plus profond que le masque en effet. Harmonie ne les comptait même plus. Il était plus simple de compter ceux qui voyaient en dessous : deux. Flèche d'Argent et Discorde. Quatre avec ses défunts parents. Sur les doigts d'une main donc. Il est plus simple de compter la minorité, c'est un fait vérifié.
Elle en était déçue, elle qui avait toujours cru jusqu'à sa nomination d'apprentie que les félins étaient libres et intelligents. Elle pensait jadis que les masques étaient si courants qu'ils étaient repérés en un rien de temps. Mais à force de routine, ils ne voyaient plus rien et Harmonie avait fini par se dire que c'était mieux ainsi, continuant sur sa lancée libre et arborant un masque de plus en plus épais.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 19
Messages : 296
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Rêve de Liberté
Relations:

MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   Sam 19 Oct - 14:57

Le regard qu'elle me jette, est vide de toute émotion. Rien, aucune haine, aucune antipathie, aucune répulsion. Au fond de moi je me demande ce qui me vaut cette absence de colère. Une trêve dans son esprit ? Je n'en sais rien. Je la regarde fixement tandis qu'elle dépose le ballot d'herbe à chat devant elle et le pousse vers moi du bout de sa queue. Elle arrive à exprimer son dédain dans des gestes aussi simples. Peut être qu'elle se déplace toujours avec autant de supériorité. Peut être qu'elle ne s'en rend même plus compte. Peut être que c'est devenu normal, cette haine poisseuse collée sur son visage au masque de glace. Ce long combat de regard me fait frissonner. Mon visage reste impassible, royaume sans la moindre émotion où tout est neutre. Cette fausse nonchalance me protège. Elle peut croire que je suis faible, elle peut me détester je n'en ai que faire. J'ai trop souffert, trop pleuré pour que son jugement ne m'affecte. Qu'elle me dénonce au diable cela ne m'importe pas. Cependant, malgré moi, je me perds dans ces yeux de la couleur de l'eau limpide de la rivière. Aussi froids que la glace en hiver, aussi tumultueux qu'un torrent de montagnes ils font naître en moi un mélange d'angoisse et de pitié inexplicable. J'ai beau chercher à mettre un nom, des mots sur ces sentiments j'en suis littéralement incapable. Cette chatte, cette reine démoniaque m'intrigue. Et tout au fond de moi, trop profond pour que je le ressente vraiment, naît le désir d'apprendre à la connaître.

« - Vas. Personne ne t'en empêche. Je ne te demande pas de revenir tout de suite, soigne ta minette avant. Sinon on va encore me prendre pour plus méchante que je ne le suis. Elle se détourne et murmure d'une voix faible, mais suffisamment puissante pour que je l'entende. Ce n'est pas de ma faute si vous êtes aveugles, incapables de voir plus loin que le masque. »

Un frisson m'électrise le pelage qui se gonfle légèrement. Je fais un pas en arrière et écarquille les yeux. Ma bouche s'ouvre mais je retiens la réplique cinglante qui menace de jaillir d'entre mes crocs. Ce qu'elle vient de me dire m'estomaque. Elle vient, en quelque sorte et de manière très détournée, de se livre à moi. Elle vient d'annoncer qu'elle n'est pas réellement ainsi, enfin pas complètement. Les masques, je les connais. J'en suis la spécialiste. Je sais que, dans ce bas-monde nombreux d'entre nous sont faux. Ils se construisent une fausse identité soit parce qu'ils ne sont pas ce qu'ils désirent être, soit pour se protéger. J'appartiens à la deuxième catégorie. J'ai appris à former sur mon visage un masque d'insouciance joyeuse. Il en épouse tellement bien les traits qu'il est impossible de voir au travers. Ave le temps ça devient facile de tromper les autres. Peu de gens cherchent à briser la glace, à retirer les masques, à baisser les armes. Pour la plupart, ce n'est pas important de connaître l'essence même d'une personne. Ce qu'elle laisse voir est amplement suffisant. J'ai toujours pensé que c'était une erreur. Mais pour que quelqu'un abaisse sa garde, il faut accepter de faire le premier, accepter de se révéler en premier, ce que je ne me suis jamais résolue à faire. Je me penche en avant, rouvrant la gueule pour saisir les herbes. Juste avant de refermer mes mâchoires dessus je marmonne :

« - Et toi penses-tu être capable de voir à travers ceux des autres ? Tu n'es peut être pas plus doué que nous simple mortels de ce bas-monde. »

Me redressant en salivant, enivrée par l'odeur sucrée de l'herbe à chat, je m'éloigne d'un pas léger sachant que le laisse derrière moi l'odeur, pour elle, répugnante du Clan du Tonnerre. Je ne souris pas, ça ne m'amuse pas le moins du monde. Je suis trop bouleversée par ce qu'elle m'a dit, ne sachant quoi en penser. Elle doit bien rire de l'effet qu'elle a produit sur moi à l'heure qu'il est bien que je n'ai montré rien du tout, ou presque de ce que je ressens. Luttant contre des pensées floues et l'envie de mordre dans mon précieux remède. Avant de disparaître dans le tunnel je la salue d'une ondulation de queue. Au fond je ne suis pas mécontente de partir d'ici, de quitter cette puanteur et ces lieux sombres pour regagner la forêt ensoleillée de la chaleur de mon territoire.

| J'ai vraiment aimé ce rp. Je veux que Harmo et Lib' s'entendent bien. 8D |

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


OMG MERCI MA PSI, JE T'AIME. ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté   

Revenir en haut Aller en bas
 

On est jamais mieux servi que par soi même /Pv Rêve de Liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Que c'est bon de revenir chez sois (libre) abandon
» Mieux vaut tard, que jamais [PV Anya]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PARTIE JEU : TERRITOIRE DE L'OMBRE. :: Le Camp. :: Antre du Guérisseur.-