AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Modératrice ; Hisha.

avatar


Âge : 18
Messages : 542
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Etoile des Illusions ♣ Nuage des Ecumes
Relations:

MessageSujet: M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA   Dim 22 Déc - 17:43

Y'aurait-il une fin, à ce quotidien fataliste ? Y'aurait-il une chance de sortir de cette sempiternelle routine ? Pourrait-on fuir, même qu'un instant, le destin et ses alliés.. ? Aurait-on le droit, de dire non. Non au destin, non à la chance. Et de dire oui à nos idéaux, à nos façons. Serait-il légal d'obliger à danser ? Serait-il loyal de se cacher ? Aurait-on une idée de ce qu'est la vérité.. et le mensonge ? Serait-ce si simple, si saugrenu, que de savoir ? Connaîtrait-on la douleur, et le bonheur.. ? Ou ne serions nous que des poupées mécaniques, obéissant à des mains invisibles ? Parfois, souvent, je me le demande.. Y'a-t-il une fin, à ce cruel destin, ce sempiternel destin fataliste ? A-t-on le droit de se battre contre la vie ? De se battre contre la mort ?..

C'est une patte. Une patte légère, qui se dépose souplement sur le sol humide du camp. La neige n'est pas encore arrivée ; mais ça ne saurait tarder. Les nuages sont déjà remplis de flocons, Nuage des Écumes l'a deviné à leur couleur d'un blanc idyllique. Plus blanc encore que son poitrail, le ciel bleu et limpide a disparu, caché, couvert, abrité par la nébuleuse. Tandis que certains chats attendent impatiemment la poudreuse, d'autres la redoutent. L'apprenti royal, lui, n'en a que faire. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il grêle, les choses restent les mêmes. Il faut continuer. Continuer de se battre, de chasser. Continuer à vivre.

Nuage des Ecumes marche encore, d'un pas nonchalant, en direction de l'antre d'Harmonie des Enfers. Ses yeux bleu saphir sont costumés d'une expression indéchiffrable, impassible. Sa marche est lente, gracieuse, doucereuse. Ses oreilles, encore duveteuses, sont dressées. Sa queue pendouille derrière lui, suivant le mouvement de ses puissantes pattes arrières. En le regardant, en observant son visage, on a cette impression qu'il se fout de tout, qu'il se fout de nous. Qu'on pourrait mourir sous ses yeux, de ses pattes, il n'en aurait rien à faire. Mais en lui, son trop plein d'émotions commence à déborder. Alors il s'occupe de son clan, pour les contenir.

C'est pourquoi, en cet après-midi nuageux, l'apprenti bruni s'avance vers la tanière des guérisseuses. Car, il y a quelques minutes, un ancien râleur s'était plaint d'un mal aux articulations. Ainsi le prince venait-il chercher de quoi soulager sa douleur. Et, avec un peu de chance, l'odeur de la verdure ferait également disparaître les blessures intérieures du matou aux yeux saphirs.

Enfin, il entre dans la tanière dédiée à Harmonie des Enfers et son apprentie Nuage de Morphée. Le mâle s'avance dans la sombre caverne dans l'espoir d'y trouver la chatte noire et blanche, mais il ne la trouve pas en déduisant ainsi qu'elle est partie cueillir des plantes. C'est pourquoi, lorsqu'il aperçoit l'apprentie guérisseuse, il l'interpelle et lui demande d'une voix qu'on pourrait définir comme étant caverneuse :

« Dans combien de temps reviendra Harmonie des Enfers ? »

Ce n'est pas qu'il ne fait pas confiance à la femelle immaculée mais... il ne lui a jamais vraiment adressée la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 19
Messages : 56
Date d'inscription : 16/05/2013


••• INFOS •••
Personnages: Nuage de Morphée.
Relations:

MessageSujet: Re: M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA   Mar 24 Déc - 15:58


« I’M TIRED OF WAITING. »
MORPHEA & FOAM.


Depuis bien longtemps tu es éveillée. Tu fixes, de ton regard glaciaire, la buée qui s’échappe de ton souffle lorsque tu expires. Lentement, celle-ci s’élève et s’enroule sur elle-même dans les airs, tourbillonnant en volutes de fumées dans  l’air mordant de l’aube. Déjà, si l’on oriente son regard vers l’horizon, là où la cime des grands et squelettiques arbres aux troncs noueux laisse transparaître un bout de ciel, on peut voir, peu à peu, le noir de la nuit se retirer, laissant la place à un orangé grisâtre qui tirera bientôt sur le gris couvert, caractéristique principale des ciels d’hiver. Un petit vent, de ceux qui, même minime, vous passe au travers du pelage pour vous mordre à pleine dents, fait bruire les aiguilles des pins présents au dessus du camp et agite doucement ta robe immaculée. Et toi, pale fantôme, tu es là, telle une reine toute vêtue de blanc, assise, impassible. Le roc sur lequel tu trônes, encré dans le sol humide et spongieux, est quelque peu surélevé par rapport à l’antre dans laquelle tu as élu domicile ; l’antre qui ne t’est pas seulement destinée, mais également celle de ta guérisseuse, tuteur et mentor : Harmonie des Enfers.
De ton perchoir l’on peut voir tout le camp qui lentement s’éveille, sortant du lourd sommeil que la nuit leur a généreusement accordée. Tu les observe, chacun à leur tour, d’un œil critique et polaire qui a toujours été tien. Jamais, dans aucun de tes souvenirs, tu ne te rappelles avoir observé quelqu’un avec douceur, empathie. Ces mots te sont presque étrangers. Gentillesse ? Compassion ? Tu ne connais pas, ou tellement peu. Tellement peu.
Et la journée défile, monotone, comme toutes les précédentes, comme toutes celles à venir. Les guerriers vont et viennent à tes pieds, les anciens se plaignent, les chatons jouent près d’une flaque d’eau, ignorants, les apprentis se pavanent, les reines grondent leur progéniture, et toi tu observes. En silence, laissant libre cours à tes noires pensées, toujours plus sombres de jours en jours, obscurcies par le temps qui passe et les espoirs qui s’éteignent.
Puis, soudainement, tu te redresses, cligne des yeux, chassant de tes cils les gouttes cristallines qui étaient venues s’y loger et, d’un pas gracieux, descend de ton perchoir pour te diriger vers la caverne où tu es logée. Sur le seuil tu marques un léger temps d’arrêt et fixe le fond du repaire, plus obscur, ce dut à l’absence de lumière dans ce recoin là du gite. Pas un mouvement, pas une ombre, pas une odeur autre que celle des remèdes. La reine bicolore te servant de mentor s’est donc absentée. Encore. À croire qu’elle n’est jamais là. Car elle a beau jouer l’indifférente et l’innocente, tu n’es pas aveugle, loin de là, et tu as bien remarqué que la femelle toute vêtue de noir et de blanc est bien loin d’être aussi vierge qu’elle voudrait le faire croire. Et ce ventre, ce ventre qui grossit de jours en jours … Un surpoids à ce qu’elle laisserait entendre ? Tu n’y crois pas. Elle cache quelque chose, un secret. Et tout ce qui est secret a le don d’attiser fortement ta curiosité. Tu t’avances, délicatement, tes pattes frôlant à peine le sol. Ton regard se pose sur un paquet de graines de pavot éparpillées au sol, la feuille censée les envelopper est recroquevillée et séchée un peu plus loin. Alors tu avances une patte et commence à trier le tout, écartant les baies les plus vieilles et plaçant celles encore fraîches sur une nouvelle feuille. Tu recouvres le tout de son enveloppe végétale et la replace là où elle aurait du se trouver à la base. Retenant un soupir tu te détournes et reviens plus près de l’entrée, là où l’on peut encore percevoir les cris du vent et la danse folle de l’hiver.

« Dans combien de temps reviendra Harmonie des Enfers ? »

Tu tiques d’une oreille. Tes iris se font plus froides, plus renfermées, pour enfin se poser sur un petit matou, sans doute jeune apprenti, qui se tient face à toi, fermement campé sur ses quatre pattes. Un duvet de chaton brun tigré, des yeux bleus verdâtres, une tête légèrement triangulaire et un air de profond détachement au fond de ces prunelles, voici ce que tu remarques lorsque tu le regardes ainsi, de haut en bas, de droite à gauche, les yeux allumés de cet éclat froid. Même pas un bonjour, pas une salutation. Voilà qui marque un point. Son nom te fait un vague écho ; Nuage des Écumes ou quelque chose dans le genre, de toute façon tu ne t’amuses pas à retenir le patronyme de chacune de ces larves qui te font office de camarade de Clan.
Doucement, tu inclines quelque peu la tête de côté, un sourire froid à peine esquissé sur tes fines lèvres.

« Pas de bonjour ? Soit. Et, pour répondre à ta question, j’en sais strictement rien et je m’en fiche. C’est assez clair ? »

Miaules – tu d’un ton que l’on pourrait qualifier de frigide.
Oui, l’aimable n’est pas ton fort, assurément, et encore moins lorsqu’il n’y a aucun effort de la part de l’interlocuteur d’en face.

© codage by Lou' sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Modératrice ; Hisha.

avatar


Âge : 18
Messages : 542
Date d'inscription : 13/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Etoile des Illusions ♣ Nuage des Ecumes
Relations:

MessageSujet: Re: M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA   Ven 21 Fév - 19:06

Est-ce normal de souffrir ainsi ? De se dire que... nous sommes si faibles qu'un rien serait capable de nous anéantir ? De nous briser.. ? Est-ce normal de devoir éviter chaque personne de notre clan pour se protéger, car nous ne voulons pas qu'ils nous voient, comme nous le sommes vraiment. Juste parce qu'on a cette peur de décevoir, d'attrister nos proches. Juste parce qu'on assume pas ce que l'on est réellement. Parce que... parce que rien. Simplement car la nature, la vie, a décidé qu'on serait faible, plus faible que les autres, et qu'on ne pourrait pas choisir qui l'on est... Ou du moins, qu'on devrait se battre, peut-être plus que les autres, pour nous affirmer. Est-ce normal pour certains... de devoir se montrer plus courageux ? Est-ce normal pour moi... de devoir ainsi me cacher... ?


Elle l'observe, la femelle au poil immaculé. Ses yeux bleu glacial le regardent dans ses moindre recoins, pupilles fendues, comme si elles le jaugeait. L'apprenti guerrier ne bouge pas d'un poil, son regard toujours aussi inexpressif, inintéressant. L'apprentie blanche semble hostile, mais le matou n'y prend pas garde. A quoi bon ? Celle-ci penche alors sa tête sur le côté, doucement, avec une délicatesse doucereuse tandis qu'un sourire froid se dessine sur ses lèvres, à peine visible, presque inexistant. Enfin, sa voix s'élève dans l'air, le son de celle-ci dansant jusqu'aux oreilles de Nuage des Ecumes.

« Pas de bonjour ? Soit. » siffla-t-elle. « Et, pour répondre à ta question, j’en sais strictement rien et je m’en fiche. C’est assez clair ? »

L'apprenti hausse les épaules en reniflant. Il n'aime pas tellement qu'on lui dise, ou rappelle ses erreurs. Il n'a pas salué, a oublié, simplement parce qu'il s'inquiète pour un ancien de son clan... ou bien est-ce car il s'est un peu trop plongé dans son personnage de prince ? Dans tous les cas, il n'apprécie pas tellement ce que Nuage de Morphée vient de lui faire.. Si bien qu'il gratte le sol avec ses griffes quelques instants, avant de se calmer. Il ferme les yeux durant une poignée de seconde, et dit, avec un peu d'amertume mais pensant réellement ses paroles :

« Excuse-moi. » Et les deux perles d'eau lui servant d'yeux réapparaissent. Il plonge alors son regard intense dans celui froid et distant de l'apprentie-guérisseuse. « Bonjour, Nuage de Morphée. »

Et c'est ainsi qu'il reste, ses deux yeux fixant avec insistance ceux de la femelle au poil idyllique.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA   

Revenir en haut Aller en bas
 

M'accorderas-tu cette chance ? || PV MORPHEA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» quel est cette objet
» quelle est cette décoration militaire ?
» Devine d'où vient cette image?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PARTIE JEU : TERRITOIRE DE L'OMBRE. :: Le Camp. :: Antre du Guérisseur.-