AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 24
Messages : 325
Date d'inscription : 12/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Poussière de Roche ♀ Lieutenante du Clan de l'Ombre ♕
Relations:

MessageSujet: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Mer 13 Fév - 21:32

en cure de désintoxication des odeurs de l'Ombre~

L'air était devenu irrespirable. Cela arrivait par moments à la jeune femelle : à intervalle plus ou moins régulier, elle avait besoin de se vider les poumons de cette odeur putride qui caractérisait son Clan, et de les vivifier avec de l'air pur. Seulement, ce n'était pas ce qu'on trouvait en grande quantité sur ces terres : tout était désolation, opacité, brume épaisse, de l'arbre brûlé aux marécages en passant par la plaine, qui était tout le contraire de la verdure florissante. Souvent dans ses rêves, Poussière de Roche rêvait de forêts verdoyantes, de rivières fraîches et rapides, de plateaux aux hautes herbes : des territoires qui étaient attribués aux autres Clans. Le temps d'une nuit, elle pouvait ainsi s'aérer l'esprit, se changer les idées, oublier cette irritation constante dans sa trachée. Mais, lorsqu'elle se réveillait, c'était cette même odeur qui lui prenait la gorge et lui arrachait un rictus amer. Ses journées débutaient toutes ainsi, c'était comme une fatalité.
Ce dégoût pour les effluves du Clan de l'Ombre, paradoxalement, ne participait pas au dégoût du Clan en lui-même. Bien qu'elle n'y soit pas née, la jeune tigrée s'y sentait à présent chez elle, après des lunes d'adaptation difficile, lorsqu'elle était chaton et fraichement arrivée. Elle avait appris à affectionner ce Clan, ses membres, jusqu'à son père qui était pourtant un sombre personnage et avec qui elle n'avait aucune relation. Si elle gardait une attache vers le Clan de la Rivière et la famille qu'elle y avait laissée -contre son gré, à l'heure d'aujourd'hui elle ne s'imaginait pas fuir cet endroit. Elle était chez elle.

Il était pourtant essentiel pour elle d'actualiser l'air qui circulait dans ses poumons quand l'odeur devenait trop insupportable. Chaque fois, elle se rendait dans les quelques rares endroits où l'odeur était encore pleine de vie, où l'air était encore pur. Cette fois-ci, elle s'était rendue presque machinalement au pré à moutons qui, même couvert de neige, conservait une fraîcheur qui séduisait instantanément la lieutenante. À mesure qu'elle s'approchait, elle sentait sa gorge irritée revivre, et son museau se décontracter, l'agression constante qu'il subissait ayant disparu ou du moins ayant été dissipée. Elle se trouvait désormais perchée sur une des barrières de bois qui entouraient le pré, ses deux pattes solidement appuyées sur les planches épaisses, sa queue tigrée lui servant de balançoire pour mieux conserver l'équilibre. Un peu penchée en avant, vers le bas, elle observait tranquillement les alentours, fermant à plusieurs reprises les yeux pour mieux se concentrer sur sa respiration. Au loin, elle entendait les crissements provoqués par la marche des moutons dans la neige, ainsi que la cloche du seul mâle du troupeau, qui se balançait d'un bout à l'autre dans un tintement singulier et aigu. Derrière elle, elle devinait la ligne presque géométrique du Chemin du Tonnerre, mais se hâta d'oublier cette idée avant que son odeur prégnante ne lui revienne également en mémoire. Enfin, non loin de là, elle entendait couler l'une des seules sources d'eau des terres de l'Ombre : un petit ruisseau qui, bien que mince, était d'une pureté et d'une finesse à couper le souffle.

Perchée sur ces barrières bipèdes, c'était comme si elle était perchée entre deux mondes. Poussière de Roche profitait pleinement, les yeux fermés, de cette sensation de légèreté et de puissance qui coulait dans ses veines et faisait battre son cœur contre sa poitrine. Là encore, et comme ça chaque fois, elle se sentait revigorée, prête à affronter à nouveau l'attaque putride des effluves de ses terres.


Dernière édition par Poussière de Roche le Sam 23 Fév - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Sam 16 Fév - 10:21

_________« C’est la faim qui fait sortir le loup hors du bois […] »
____Jamais jusqu’alors, proverbe ne lui avait semblé plus vrai. Étoile Abyssale sortait de deux longues journées, interminables, de jeun. Son estomac criait famine et réclamait son dû, exigeant avec force de tiraillements et de grondements une nourriture plus consistante que quelques brins d’herbe à chat ingurgités ici et là. Ses pattes de velours foulent le sol dans un silence quasi-parfait, ombre insaisissable, glissant à travers les hautes herbes. Comme d’ordinaire, ses pensées mitigées, confuses et assombries, lui infligeaient de cruels maux de têtes. Sa nomination au poste de chef du clan de l’Ombre lui causait de nombreuses insomnies. C’était si soudain, cette augmentation de grade. Non pas que cela lui déplusse, bien au contraire ! Étoile Abyssale était un mâle ambitieux, non pas avide de pouvoir, mais être à la tête de tout un Clan n’était pas une posture dérangeante pour lui, loin de là. Il n’était cependant pas aveuglé par cette « réussite », et n’en tirait pas un contentement sans bornes. Il était encore insatisfait, il sentait qu’il pouvait encore mieux faire pour servir le Clan des Étoiles. Car enfin, après tout, s’il était arrivé là, c’était grâce à la volonté de ses ancêtres. Les rangs épars du clan de l’Ombre l’affectaient tout particulièrement car Étoile Abyssale, de nature plutôt méfiante, s’attendait à tout moment à une offensive d’un des autres clans.
____Mais pour l’heure, c’était lui qui avait raté une offensive sur ce mulot qui lui avait filé sous le nez. Misérable casse-croûte, il ne lui en aurait pas moins diminué sa faim pour quelques heures. Le félin décida de remettre sa chasse à plus tard, lorsqu'il aurait la tête vidée de toutes ces pensées obscures. Il s'élança dans la rase-campagne, galopant un peu au hasard, toujours dans ce silence pesant, troublé seulement par quelque agitation du vent dans les feuilles d'un chêne. Il trouva une direction à prendre au bout de quelques instants à bondir ici et là, se laissant porter par les effluves des herbes, des fleurs et du vent. Il bondit quelques foulées encore au-dessus de cette campagne qui l'aveuglait lui, être insignifiant et minuscule. Un dernier essor, et ce fut un diable noir qui surgit des hauts épis, bondissant sur la clôture de bois qui séparaient le monde sauvage de celui, puant et désolant de banalités, des Bipèdes. Son pelage bicolore hérissé, l'oeil un peu trop vif, brillant, il paraissait littéralement lorsqu'il dévisagea les quelques moutons qui levèrent la tête à son approche. Il croisa leur regard vide et inexpressif, et se surprit à se demander quel serait le goût de leur chair rougeoyante, sur sa langue pâteuse. Tristes animaux, voyez ce que l'Homme a fait de vous?
Revenir en haut Aller en bas

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 24
Messages : 325
Date d'inscription : 12/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Poussière de Roche ♀ Lieutenante du Clan de l'Ombre ♕
Relations:

MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Sam 16 Fév - 19:10

Et une secousse vint soudain ébranler la barrière, se transformant en petites vibrations dans le corps de Poussière de Roche. C'est là que sa queue joua efficacement son rôle de balancier : elle se releva, puis battit doucement l'air de gauche, à droite, en fonction du côté où la femelle avait le moins d'équilibre. Ainsi elle resta solidement ancrée sur ses pattes, et retrouva tout le calme qui se diffusait dans son corps depuis quelques instants.
Ce calme revenu, elle se hâta de regarder autour d'elle, de fouiller chaque parcelle de paysage, afin de trouver la raison de ce bouleversement soudain. C'est ainsi qu'elle remarqua un mâle au poil bicolore. Une silhouette mince, des muscles discrets qui laissaient deviner une certaine adresse à la rapidité plutôt qu'à la force, des yeux aussi sombres que le pelage, une aura digne d'un chef : ce n'était autre qu'Étoile Abyssale, le fier meneur du Clan de l'Ombre.

Poussière de Roche l'observa un instant, totalement immobile sur sa barrière, parfaitement fondue dans le décor de par la couleur de son poil, rendue légère par son poids. Elle hésitait encore entre deux réactions : rester là, totalement immobile et invisible, et attendre que le meneur s'en aille sans la voir -ou bien profiter de son camouflage pour se la filer douce- ou aller à sa rencontre, tout simplement. Durant plusieurs minutes, elle le fixa, le regard presque aussi vide que celui des moutons que le chef bicolore semblait observer, dont il semblait se railler. À vrai dire, aucune pensée ne traversait l'esprit de la lieutenante aux yeux bruns : elle attendait juste un signe, ou bien un choix de sa part, avant que de se lancer vers le matou, ou vers le camp, selon ce qu'elle choisirait.
Finalement, avant qu'il ne fasse volte-face, et avant que de se retrouver au piège, la femelle au poil tigré sauta de la barrière où elle était appuyée, trouvant tout son appui sur ses pattes arrières, et atterrit sur le sol où la neige qu'elle écrasa chouina dans un bruit caractéristique. Il n'y avait plus aucune raison, cette fois, pour qu'elle ne se fasse pas voir : d'abord, elle venait de témoigner sa présence avec le bruit de la neige, et ensuite, elle n'était plus du tout camouflée par le blanc de la neige. Peu importe; après son saut, Poussière de Roche se redressa et, veillant à garder la tête bien haute, afin de ne pas s'écraser devant le meneur, elle s'approcha de lui.

· Bonjour, Étoile Abyssale, dit-elle simplement. Dès le premier mot prononcé, son esprit cherchait les suivants. C'était sa manière à elle de se protéger d'éventuels trous dans la conversation; mais ça ne fonctionnait pas toujours.

Une multitude d'idées lui traversa l'âme, des idées toutes aussi stupides l'une que l'autre, quant au sujet qu'elle aurait pu lancer. Aucune ne lui sembla appropriée, et elle n'aimait pas l'image que chacune aurait pu montrer d'elle. Alors elle se tut et, fixant l'étoile de l'Ombre sans broncher, attendit la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Dim 17 Fév - 16:10


Une brise glacée souffle entre les oreilles du mâle bicolore, ébouriffant son épais pelage. Il frissonne. Perte d'équilibre, une demi-seconde à peine, la barrière de bois tangue. Il parvient à se rééquilibrer sans peine, et tente de détendre ses muscles crispés, ses griffes fermement agrippées au bois mort. Ça aussi, il l'a perdu dans la bataille qu'il a mené contre la vie. C'est comme s'il était à présent incapable de se détendre, comme si la mort allait venir lui ôter une de ses neufs vies d'un moment à l'autre. D'ailleurs, y croyait-il vraiment, à ce principe des neufs vies? Tant qu'il ne mourrait pas, il ne pourrait en être parfaitement sûr. En attendant, il avait peur. Peur de ce que cette nouvelle place lui réservait, peur de ce que le destin cachait, peur des responsabilités toutes neuves qu'il allait devoir endosser. Il leva les yeux vers les nuages qui s’amoncelaient, là-haut, grisonnants, délavés. Une légère neige n'allait pas tarder à tomber, certainement. Le monde lui paraissait tellement délavé, sans saveurs. Il promena ses yeux pâles sur la campagne environnante, s'attardant sur l'épaisse toison des moutons qui broutaient paisiblement, à l'abri de tout danger, protégés par les Bipèdes. Bien piètre protection. Un rictus narquois déforma son visage. Bien piètre protection!
La barrière trembla de nouveau, mais cette fois ce n'était pas de son fait. Il manqua de perdre l'équilibre, et brusquement son corps lui sembla bien lourd, tandis qu'il tentait d'échapper à la gravité qui l'entraînait irrémédiablement vers le sol gelé. Ses griffes ripèrent sur le bois humide, dans un crissement désagréable, et quand elles trouvèrent enfin une prise stable, Étoile Abyssale avait déjà entamé son plongeon. Il se redressa vivement, sujet au fameux qu'en dira-t-on si on le trouvait dans cette posture peu avantageuse. Il fit volte-face brusquement, le poil légèrement hérissé par l'irritation, bien décidé à découvrir qui était le fauteur de trouble qui agitait son perchoir comme un prunier.
"Bonjour, Étoile Abyssale." Il se retrouva alors face à face avec le lieutenant de son propre clan. Il l'avait oubliée, elle aussi, comme tout le reste, toutes ses pensées occultées par son petit égo, ses responsabilités et son nouveau statut. Le matou bicolore sauta de la barrière pour choir dans la neige, à quelques longueurs de queue de la jeune chatte. Il tourna la tête vers elle, interception de regards. Il eut la vague impression qu'elle ne désirait pas plus que ça venir à sa rencontre, que c'en était presque une obligation. Eh bien jeunette, tu n'y étais pas obligée! Il s'aperçut qu'il était en train de lui prêter des intentions qui n'étaient peut-être pas siennes, mais il était déjà lancé et ce fut du bout des lèvres qu'il lui répondit, avec une moue à la limite du mépris, et un ton ironique. C'était dans ses habitudes, ce petit ton insupportable qui ne laissait qu'une envie à l'interlocuteur : lui loger une balle de fusil entre les deux yeux. « Bonjour, Poussière de Roche. » Petit sourire forcé, hypocrite. Telles étaient les relations dans les hauts rangs, de toute façon. L'hypocrisie était la seule échappatoire pour que les relations restent à peu près normales et que l'organisation parfois précaire ne tourne pas à l'anarchie la plus complète.

Revenir en haut Aller en bas

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 24
Messages : 325
Date d'inscription : 12/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Poussière de Roche ♀ Lieutenante du Clan de l'Ombre ♕
Relations:

MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Dim 17 Fév - 17:04

Le temps avait paru extrêmement long à Poussière de Roche avant que le meneur ne daigne lui répondre. Si en réalité il ne s'était déversé que quelques secondes, elle les avait employé à détailler le mâle bicolore, comme si jamais auparavant elle n'y avait fait attention : elle semblait remarquer pour la première fois l'intensité de son regard, l'emplacement de ses tâches ou même le frémissement de ses moustaches au contact de la brise. C'était comme si elle le voyait pour la première fois alors qu'elle avait grandi en sa présence dans le Clan. À y réfléchir, elle se remémorait sa nomination en tant que lieutenant : un événement marquant qu'elle ne devait pourtant chercher longuement dans sa mémoire avant de le retrouver. C'est ainsi qu'elle se rendit compte qu'elle ne connaissait pas davantage son meneur que les membres du Clan.
Ça pouvait paraître étrange, ces deux fonctions ayant généralement d'étroits liens, même rien que professionnels, afin de mener à bien le Clan entier. Pourtant, eux deux ne se parlaient que très peu. Peut-être était-ce parce que Poussière de Roche n'avait été élue que depuis peu et qu'avant, en tant que simple guerrière, elle n'avait pas de raison de s'intéresser outre-mesure à son meneur. Ou peut-être était-ce leurs tempéraments à tous les deux, assez solitaires ou peut-être assez fiers pour ne pas avoir besoin de l'ouvrir. C'était même sûrement un mélange des deux. Le principal était de mener à bien le Clan, d'incarner ses valeurs, et en les regardant il n'y avait aucun doute là-dessus. Ça en devenait même ridicule de les voir avoir tant de difficultés à se parler, avoir trop de fierté pour agir en premier, être si sauvages qu'ils ne sauraient lier aucune amitié. Peut-être était-ce cela après tout, le Clan de l'Ombre : ultime recoin où des chats en mal de liberté et en manque de courage pour vivre seuls se rejoindraient, formant un semblant de Clan. C'était peut-être une faiblesse; ça n'en était pas moins une âme à part entière. Le Clan de l'Ombre existait depuis aussi longtemps que les trois autres tribus; aucune d'elle ne se valait.

La réponse d'Étoile Abyssale se mélangea à la brise qui soufflait sur le pré et disparut en même temps qu'elle, avec une rapidité effrayante. Poussière de Roche en saisit tout de même le sens, et un sourire amer, où se dessinait un peu de satisfaction, se dessina sur ses babines. « Bonjour, Poussière de Roche. » Comme si elle ne s'était pas attendu à ce que le mâle tempétueux ne fasse pas un monologue, ou ne lui pose pas dix questions en retour. Peut-être qu'elle le connaissait un peu mieux que ce qu'elle avait pensé quelques secondes plus tôt, au final. Du moins connaissait-elle l'image qu'il voulait se donner, pour l'avoir côtoyé depuis qu'elle était arrivée au Clan. C'était suffisant pour deviner un mot, mais non pas une intention. Toute la complexité du matou se révélait dans ce mutisme rondement maîtrisé.
Si un instant la lieutenante s'était sentie dépassée, elle ne tarda pas à se rappeler qu'ils étaient sur le même pied d'estale . Lui aussi, connaissait son comportement de surface; mais il ne connaissait rien de sa lieutenante, au fond. Leurs tempéraments se rapprochaient sans jamais se croiser. C'était là un beau duo. En attendant, la communication était coupée.

Elle ne savait pas si c'était par fierté ou dépit; en tous cas, la lieutenante se détourna d'Étoile Abyssale et s'en éloigna, se mettant en quête d'une proie à chasser. Elle savait que les autres Clans manquaient de proies en hiver. Le Clan de l'Ombre aussi voyait leur nombre diminuer, mais par la présence du charnier et d'autres endroits insalubres sur leurs terres, ils voyaient au moins la population de rats rester à peu près constante toute l'année. Et ceux-ci n'étaient pas les plus difficiles à chasser. L'un d'eux se profila bientôt dans le champ de vision de la chasseresse, qui s'aplatit au sol en gardant son arrière-train légèrement surélevée. Ses oreilles, plaquées contre sa nuque, n'en manquaient pas moins tous les bruits du rongeur, utiles informations quant à la suite de la scène de chasse. La brise lui giclant le museau, l'odeur du rat lui chatouillant les babines, la distance entre les deux animaux ayant été réduite, Poussière de Roche donna un coup de rein et s'élança dans les airs, retombant lourdement sur sa proie, qui fut assommée puis tuée d'un coup de dents. C'était fini, et le rat pendait de la gueule de la minette.
Un mouton intéressé par la discrète scène s'approcha. Bien que deux fois plus grands que la femelle, il ne l'apeura pas : ces animaux étaient bien connu pour leur incapacité à être dangereux. Ils vivaient ensemble sans aucune entretenir aucun lien entre eux. Ils étaient peut-être comme l'Ombre en cela, à la seule différence que le troupeau ne portait aucune âme, à part celle du vide. La lieutenante, ayant lâché le rat, qui tomba mollement sur le sol, émit un petit feulement, feignant l'agressivité. Il n'en fallut pas plus au mouton pour fuir et pour oublier dans les secondes qui suivirent la scène qui venait de se passer. Reprenant son dû, la tigrée se retourna et s'approcha à nouveau d'Étoile Abyssale, s'étonnant presque de le trouver encore sur place. Elle déposa le rat à ses pattes.

· Tiens. Pour toi et ton ventre noir et blanc, si vous avez faim. Pour le Clan, dans le cas inverse, murmura t-elle en se tenant droitement devant lui. Elle n'avait pas faim, et n'avait pas envie de rentrer immédiatement au camp. Qu'il s'en charge s'il le faisait, qu'il le mange s'il le voulait, qu'il le laisse s'il ne jugeait aucune de ces solutions intéressante. Après tout, personne n'en mourrait.

Poussière de Roche le regarda encore, comme si elle attendait de voir quel choix il ferait. Mais son esprit ne tarda pas à lui rappeler qu'elle n'allait pas le regarder manger -s'il le faisait. Alors elle se détourna à nouveau du chef de son Clan et, accélérant l'allure à mesure qu'elle s'en rapprochait, se percha à nouveau sur les barrières dont le bois laissa quelques échardes dans son poil tigré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Dim 17 Fév - 17:31


Elle s’écarte, quelques instants, et se met en chasse. Tapie dans les fourrées, ses épaules finement ciselées roulant sous sa fourrure. Il la détaille de la tête aux pattes. Il écoute d’une oreille distraite ce qu’elle raconte. Tout le bruit qu’il entend provient de ses pensées, tapageuses et insatiables. Elle est assez fine, pas tellement musclée. Sa fourrure grisâtre évoque effectivement la roche, ou la poussière. Elle porte des rayures noires mal délimitées, débordant ici et là. Une chatte tigrée, rien de plus. Elle se fond dans le décor. Rien de bien original, elle est même plutôt banale. Quoique son physique ne laissait pas indifférent l’œil acéré et critique d’Etoile Abyssale. Quoi de plus glorieux que de se pavaner au côté d’une belle dame ? Mais c’était sans doute dans cette banalité qu’il avait trouvé refuge en la nommant lieutenant ; il ne voulait pas d’un lieutenant qui pourrait ternir son image en se glorifiant davantage que lui. Il ne voulait pas de lieutenant qui aurait dissimulé dans son ombre son propre chef, chatoyant au soleil de la gloire tandis que lui, Étoile Abyssale, croupirait déjà dans le souvenir alors qu’il n’était même pas à l’aube de sa vie! C’est sans doute pour cela qu’il avait choisi une femelle, la considérant dans une espèce de machisme primaire comme des êtres inférieurs, inconsciemment. Bien sûr, il n’avait pas choisie Poussière de Roche pour ces simples tiraillements d’égo – qu’il avait surdimensionné d’ailleurs. Il savait, bien évidemment, qu’elle serait un bon chef par la suite. Elle était jeune, avertie, pas sotte du tout, au contraire, et était d’une acuité aiguisée. Il espérait simplement qu’elle resterait à sa place le temps qu’il achève son règne, avec tout le respect qu’elle lui devait. Avait-il peur d’elle? Dans un sens, oui. Cette place, ce rang, il l’avait mérité, il s’était battu toute sa vie pour ça. Alors lui laisser le trône reviendrait un peu à abdiquer. Concéder qu’il était trop vieux, ou trop faible. Ou trop… mort. Certainement. Et puis, il y avait ce désagrément, léger petit détail. Elle était une Sang-Mêlée. Jamais, auparavant, il n’aurait tolérée de Sang-Mêlé dans son propre clan. Il leur crachait à la gueule, les pourchassaient et les malmenaient sans cesse. Pourquoi ce revirement soudain ? Il ne savait plus, il avait occulté ce « léger petit détail sans importance » de sa mémoire, l’avait occulté au plus profond de lui-même, de sorte à ce qu’il ne parvienne jamais à la surface, qu’il ne fasse jamais son apparition à la lumière du jour. Il avait oublié le pourquoi du comment, il était devenu un animal primaire qui se contentait de suivre sans discuter l’ordre simple suivant : les Sang-Mêlés ne doivent plus être malmenés. Son instinct l’y contraignait, et il exécutait cet ordre. Mais il n’en pensait pas moins que les Sang-Mêlés n’étaient rien d’autre que de la vermine impropre, qui ne méritait qu’une seule chose : l’Exil.
Le regard insistant de la chatte grise l’arracha de sa contemplation. Il ne détourna pourtant pas les yeux, supportant ses yeux ambrés dans les siens, seul échange digne de ce nom qu’ils étaient capables de créer entre eux. Tiens. Pour toi et ton ventre noir et blanc, si vous avez faim. Pour le Clan, dans le cas inverse. Il fut presque surpris qu'elle le tutoie avec autant de facilité. Il s'aperçut alors qu'il ne se connaissaient pas, puisque même l'emploi de la seconde personne le choquait dans sa bouche. Il connaissait seulement la Poussière de Roche, furtive et discrète, qu'il avait choisie pour ces qualités précises, apte à se mouvoir sans bruit, relativement sage aux rumeurs qu'il avait entendues. Mais ça s'arrêtait là. Il voyait une façade grise, couverte ça et là de poils noirs, surmontée de deux yeux ambrés, et c'était tout. Il n'avait jamais cherché à creuser la personnalité d'autrui, c'était quelque chose qui ne l'intéressait que mollement. A quoi bon s'escrimer à connaître les gens s'ils n'en voient eux-mêmes pas l'utilité? S'il ne se laissent pas connaître, qu'ils n'en ont pas l'envie, alors tant pis. Mais c'était pire dans ce cas précis : jamais elle n'avait tenté de le connaître non plus, peut-être n'étaient-ils pas si différents? Cette idée lui sembla tellement saugrenue qu'il la chassa rapidemment. Non, ils n'avaient rien en commun. Elle devait être comme les autres, se voulant inaccessible, relativement posée, banale. Surface lisse et inintéressante, personnalité neutre et sans envergure. Étoile Abyssale posa ses yeux sur le cadavre encore agité de spasmes nerveux du rongeur. Son fumet réveilla sa faim qu'il avait momentanément oubliée. Mais sa fierté l'empêchait presque d'accepter. Il se pencha, arracha un lambeau de chair furtivement, et se releva rapidement, comme s'il eut craint une attaque surprise de la chatte. Ses yeux la remercièrent, il n'avait pas encore assez d'emprise sur lui-même pour le lui énoncer audiblement. « Tu devrais également manger, l'hiver n'est pas encore terminé. Le Clan se débrouillera pour cette prise-là. » Il tenta une sorte d'approche un peu plus aimable. Un espèce de sourire qu'il eusse voulu sincère. N'en résultât qu'une espèce de grimace plus ou moins belle à regarder.
Revenir en haut Aller en bas

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 24
Messages : 325
Date d'inscription : 12/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Poussière de Roche ♀ Lieutenante du Clan de l'Ombre ♕
Relations:

MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Dim 17 Fév - 19:01

Elle s'était détournée de lui, s'était éloignée de quelques pas, s'était attelée à une tâche invisible pour faire comme si elle ne s'occupait plus de lui, mais elle lui lançait des regards furtifs, ces mêmes regards qui lui apprirent que le mâle noir et blanc avait baissé la tête et planté ses crocs dans la proie arrachée fraichement à la vie, mais qui lui apprirent aussi qu'il avait immédiatement relevé la tête, donnant la vision d'un frêle moineau ayant toujours l'espoir d'échapper à la mort s'il passait sa vie à regarder à droite à gauche avant de se risquer à baisser la tête pour picorer. Ayant occulté Étoile Abyssale de son champ de vision, Poussière de Roche se surprit à avoir un sourire amusé, quoique surpris : elle ne s'attendait pas à ce que le fier matou accepte de ne serait-ce que toucher à son présent. Elle pensait plutôt qu'il l'aurait amenée au camp, ou bien qu'il lui aurait sèchement dit qu'il n'avait pas besoin d'elle pour cela avant de l'amener au camp. Et pourtant, il venait d'en prendre une bouchée. Et ce n'était pas fini.
Un autre regard en coin apprit à la lieutenante au poil gris que son meneur s'était tourné vers elle et lui disait quelque chose. Elle se tourna alors vers lui, trahissant le fait qu'elle l'observait secrètement -mais s'en fichait, tout compte fait- puis s'approcha un peu, laissant néanmoins une certaine distance entre eux. Tout juste pour qu'elle capte ses paroles, tout juste pour qu'il entende les siennes. « Tu devrais également manger, l'hiver n'est pas encore terminé. Le Clan se débrouillera pour cette prise-là. » Encore une autre surprise. Poussière de Roche le dévisagea, profitant au passage d'un sourire masculin différent de celui qui l'avait accueilli lorsqu'elle était venue à sa rencontre. Puis elle baissa le regard pour tomber sur la carcasse appétissante qu'elle avait chassée elle-même. Elle hésita. Déchirée entre fierté et respect, son estomac ne lui laissa pas le choix d'action : il grogna à ce moment donné. La tigrée se pencha alors lentement, puisque se baisser pour déchirer un morceau de viande fraiche l'obligeait à abaisser sa tête sous celle de son meneur. Elle le fit, sa queue battant l'air comme pour témoigner sa résignation. Elle arracha furtivement le morceau qui lui tomba sous les crocs et se releva à son tour, s'éloignant par le même biais. Elle s'assit lorsqu'elle jugea être à une distance satisfaisante pour elle, et émit un petit rire, faible et discret, mais très amusé. On croirait une pâle copie de sa propre réaction... pensa-t-elle. Elle ne savait pas s'il saurait interpréter ce rire, elle ne savait pas non plus si elle en avait quelque chose à faire.

· Je devrais le ramener au camp. Son regard s'arrêta à nouveau sur le cadavre du rat, totalement disloqué par les deux coups de crocs adultes. Un rictus se figea sur ses babines. ... ou bien aller en chasser d'autres. Je ne fais pas pitié, tandis que d'autres au camp en seront très contents.

Le paysage dut être choqué par tant de mots à la fois. Trois phrases, quasiment sans interruption, dont Poussière de Roche ne connaissait que peu l'utilité. Oh, peu importe. Cela lui permettrait de savoir que faire si jamais le meneur optait pour le quasi-silence. Elle irait chasser. Pour cela, elle devrait se rendre là où les rats étaient les plus abondants, au charnier, voire près du Chemin du Tonnerre. Sa trachée se remettrait à saigner à vif et son museau de même. Ce serait reparti pour plusieurs lunes de bain dans les effluves de l'Ombre. C'était comme une fatalité; une douce fatalité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Sam 2 Mar - 20:41

❝ Les vivants se fanent, mais les ombres pas. ❞

Il s'était pourtant abaissé devant elle, dans cet élan étrange qui l'avait presque forcé à mettre un genou à terre, et à déporter sa fierté de côté. Qu'avait-elle à répondre à cet effort qui dépassait l'entendement? Un rictus discret qu'elle espérait cacher derrière ses moustaches et son pâle regard. Yeux brillants et rieurs. Tu veux rire, Poussière de Roche? Rions. Mais rions de ta déchéance prochaine. Il la fusille du regard, elle trouve encore le moyen de rire, tout doucement, moquerie inlassable. Voudrait-elle le rendre fou? L'effort mérite récompense, et voilà qu'il n'en tire que châtiment. Si la guerre se déclare déjà entres les deux têtes du Clan de l'Ombre, comment ses rangs pourraient-ils être soudés?! Le meneur bicolore sent ses poils se hérisser lentement sur son échine. L'affront est trop cruel, l'effrontée doit payer. Il ne l'avait pourtant pas agressée, lui. Il n'avait rien demandé, sinon quelque peu de respect et d'attention, il s'était presque abaissé à être son égal, et la voilà déjà partie en quelques bonds légers, le sourire aux lèvres et le rire hautain, claironnant dans le silence enneigé. Ses paroles contredisent ses actions. Elle croque une bouchée, puis s'en va en sautillant en jouant à l'héroïne, celle qui nourrira les bouches affamées du Clan de l'Ombre. « Je devrais le ramener au camp... ou bien aller en chasser d'autres. Je ne fais pas pitié, tandis que d'autres au camp en seront très contents. » Le bicolore ne daigne même pas la regarder lorsqu'elle parlemente, la laissant attiser un monologue dont elle seule a visiblement le secret. Toute trace de sympathie a disparu, seul reste un masque froid et impassible, qu'il réserve aux inconnus. Voilà ce qu'elle est : une étrangère. Quoi donc? Le ramener au camp? Un rire railleur lui échappe et, malgré sa résolution de se tenir coi, il ne peut s'empêcher de répondre du tac au tac, sur un ton narquois.
« Je doute que les affamés au camp veuille encore manger cette carcasse souillée.»
Il désigne du bout du museau, un geste léger, fait à contre-coeur, la carcasse à moitié dévorée du rat, dont le froid a déjà commencé à raidir tous les membres. Etoile Abyssale lui parle du bout des lèvres, de sorte à éviter tout contact trop rapproché, de façon à marquer la distance par ces paroles glaciales, dénués d'intonations, plates et vides, le regard dur posé sur le corps souple de la jeune chatte. L'humiliation qu'il avait déjà endurée était bien trop forte pour qu'il se permette tout nouveau pas vers elle. Ce serait comme accepter la défaite, tirer un trait - de nouveau - sur sa fierté déjà sérieusement entaché.
La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
Il rit. Seul, certes, mais il rit. C'est déjà pas mal. Il rit en la regardant, ses petits yeux sournois se plissent, l’auscultent, la détaillent. De haut en bas, il inspecte son corps moucheté de charbon, à la recherche de "la" faille ; sous cette carapace de fourrure grise doit bien se trouver un point faible, une écorchure, par laquelle il saurait se faufiler en temps voulu. La considérait-il déjà comme une ennemie? Elle n'était rien qu'une étrangère, c'est comme si son statut de lieutenant avait volé en éclats aux yeux du bicolore dès le moment où la frêle esquisse de son sourire s'était dessiné sur ses lèvres. Tu aurais mieux fait de te taire, sombre crétine. Il avait l'impression de se tenir face aux vermines de Sang-Mêlés, issus d'un autre Clan, où les chromosomes du Clan du Tonnerre parcouraient leur bonhomme de chemin sur la spirale génétique contenue dans son sang. Sang qui palpitait là, tout près, dans chacune de ses veines, sang si proche, si facile. Il leva les yeux vers elle, et sursauta presque. Dans ses yeux, il y a une âme. Tout comme dans les siens. Il contemplait son corps comme s'il s'agissait d'une carcasse à moitié rongée par les asticots, et voilà qu'il se rappelait à peine qu'elle était vivante. Et bien vivante.

Revenir en haut Aller en bas

Membre VIP.
« On est les résistants. »

avatar


Âge : 24
Messages : 325
Date d'inscription : 12/02/2013


••• INFOS •••
Personnages: Poussière de Roche ♀ Lieutenante du Clan de l'Ombre ♕
Relations:

MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   Mer 6 Mar - 16:09

Il y avait eu comme une ouverture. Depuis qu'il l'avait nommée lieutenante, ils n'avaient pas vraiment eu de conversation, ils ne se connaissaient pas, ils ne faisaient que dormir non loin l'un de l'autre, manger sur le même tas de proie, parler aux mêmes membres du Clan. Au final, peu de choses les raccordaient. Et pourtant, là, il y avait eu comme un petit point de lumière, soudain et étincelant, qui avait donné espoir à Poussière de Roche que cela pouvait changer. Que si elle était aussi discrète que lui était froid, cela ne les empêcherait pas d'aller ensemble dans le bon sens.
Il y avait eu cette petite fenêtre ouverte puis tout s'était brusquement refermé. L'éclatante lumière, petit point qui illuminait pourtant si bien, avait tout plongé dans le noir et, à nouveau, la lieutenante au poil tigré avançait en aveugle. La seule solution, désormais, était d'y aller à tatillons.

Elle l'observait, elle plissait les yeux, penchait légèrement la tête dans un signe de grande réflexion. La furtivité avec laquelle se mouvaient ses yeux témoignait d'une recherche intense : elle cherchait quelconque signe, quelconque preuve. Elle voulait comprendre pourquoi, pourquoi ce revirement de situation ? N'était-ce que le vent qui venait de refermer cette fenêtre, se rouvrirait-elle rapidement, ou était quelque chose de plus sombre et durable encore ?
Les regards qu'Étoile Abyssale lui lançaient la firent tressaillir. Elle n'avait jamais ressenti ça depuis qu'elle le connaissait, mais elle sentait brusquement une certaine crainte du matou sombre : elle l'aurait cru capable, sur le champ, de se jeter sur elle et de l'achever sans même se rendre compte de ce qu'il était en train de faire. Elle se demanda soudainement d'où elle tirait cette force de vivre aux côtés de ce mystérieux chef, qui pouvait être tant son allié que son ennemi. Elle avait aussi peur de lui qu'elle l'admirait. C'était une relation si complexe qu'elle ne s'aventurait même pas à l'appeler réellement relation.

Et puis la bise de la peur s'envola au loin, permettant à son tremblement intérieur de se calmer et à l'irrigation de son cerveau de se faire normalement. Elle sentit les battements de son cœur et se rendit compte qu'il tambourinait fort contre sa poitrine. Soudainement, elle secoua la tête, autant discrètement que visiblement, et c'est avec une crainte presque mystique qu'elle reposa ses yeux sur l'étoile de l'Ombre.

· Oui, c'est évident. Elle s'arrêta de parler, comme si elle s'attendait à ce qu'il la coupe, comme si ça avait été normal. Comme si elle devait plutôt se parer au combat. Puis elle reprit : tout autour d'elle était calme. Seuls les battements de son cœur troublait le sommeil hivernal des alentours. Alors je vais plutôt aller garnir le tas de proies, murmura t-elle doucement. Aller chasser plutôt que quoi ? Plutôt que de subir les courroux de son chef, ou plutôt que de se laisser envahir par une crainte qu'elle ne supportait pas éprouver, ou plutôt que de bavasser inutilement ? Elle-même ne savait pas. Tout ce qu'elle savait, c'est que l'ambiance qui s'était soudainement retrouvée plus glaçante que la saison des neiges lui-même la poussait à s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: ♛ Quand magnificience rime avec puissance. free   

Revenir en haut Aller en bas
 

♛ Quand magnificience rime avec puissance. free

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]
» ForumHaiti : Une modération qui rime avec le respect mutuel
» quand avouer rime avec souffrir ㄨ Mirka & Xander (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES. :: Corbeille. :: RPs.-